La semaine dernière, la médiathèque de Toulouse proposait une sélection de disques et de livres autour des yé-yés. En particulier deux autobiographies de deux « idoles du yé-yé ».

La première est signée Frank Alamo (j’étais amoureuse de lui quand j’avais deux ans et demi, quelque chose comme ça) : Mes sixties : d’hier à aujourd’huimes-sixties-d-hier-a-aujourd-hui-frank-alamo.jpg

La seconde est de Dick Rivers (j’avais déjà lu deux de ses romans, en particulier l’excellent Complot à Memphis) et s'intitule Rock’n’roll : récit

Je les ai lues coup sur coup, et c’était assez étonnant, car tous deux parlent de la même époque, mais ils l’ont vécue de façon totalement différente (ça se reflète dès les titres), et racontée avec plus de différences encore. dick_rivers.jpg L’un est né à Paris, dans une riche famille bourgeoise, l’autre à Nice, dans une famille prolétaire. Il y a entre eux plein de différences de parcours, d’influences ; mais ils se retrouvent dans l’amour de la même musique – ah, les Shadows ! – au point que ça me donnait par moments l’impression d’une étude sociologique comparée. Et puis les deux livres sont intéressants, et certains passages sont vraiment drôles, surtout celui de Frank Alamo qui raconte des anecdotes souvent tordantes et passe pudiquement sur les moments durs alors que Dick Rivers ouvre plus son cœur, ses colères et ses rancœurs.

Dans un tout autre genre, j’avais commandé à ma libraire préférée (Cathy Martin chez Bédéciné, qui d’autre ?) quatre livres que j’attendais avec impatience.

Tout d’abord trois ouvrages parus aux éditions Armada :

Contes à vomir debout, de Gudule, illustrés par Caza ;

http://ekladata.com/omreVLfUjWRFD0vC_ju3bLUiXJQ@596x596.jpg

Carnets de Croquis, du même Philippe Caza ;

http://www.editions-armada.com/components/com_virtuemart/shop_image/product/resized/Carnets_de_croqu_5492a8600e527_150x235.jpg

Le Cycle du Fandom, de Richard Wolfram alias Roland C. Wagner, pour ceux qui l’ignoreraient, illustré par Francis Saint Martin.

http://www.editions-armada.com/components/com_virtuemart/shop_image/product/resized/Le_cycle_du_fand_55f96b6f3b623_150x235.jpg

Trois concentrés d’humour, impertinent (souvent), noir (parfois), politiquement très incorrect, et bon sang que ça fait du bien !

Et puis Possession Point, le nouveau roman de Léa Silhol, dont je suis paraît-il la marraine (du roman, pas de Léa), publié chez Nitchevo Factory sous une couverture illustrée par Dorian Machecourt.

http://i1.wp.com/nitchevo.net/wp-content/uploads/2015/10/Lea-Silhol-possession_point_1.jpg?fit=1020%2C9999

 

Je me suis enfin plongée dedans et je n’ai pas vraiment envie d’en sortir, sauf peut-être pour relire « Vado Mori », la nouvelle de Musiques de la Frontière  qui met en scène les mêmes personnages… J’aime particulièrement ce recueil de fantasy urbaine – ou de SF mâtinée de fantastique – qui raconte l’histoire des fay, et j’avais demandé à Léa une nouvelle (que je n’ai pas eue) pour mon anthologie Identités. Et bien m’en a pris puisque mon insistance a donné à Léa l’idée de ce roman !

Un dernier mot avant de vous quitter pour me replonger dans ma lecture : cet été, j’ai lu presque tout ce qui est paru en français de Connie Willis, à commencer par Blitz (Black Out et All Clear, deux volumes excellemment traduits par Joëlle Wintrebert et parus chez Bragelonne).

http://images.noosfere.org/couv/b/bragelonne594-2012bandeau.jpg

Je me suis régalée et j’ai hâte de relire du Connie Willis, mais là n’est pas la question. Ce que je voulais dire, c’est qu’à travers ces livres, j’ai découvert le blitz (dont j’avais certes entendu parler, mais si vaguement) et la vie des Londoniens pendant la guerre. Et bizarrement, ça me rend optimiste. Je me dis que si les Anglais ont pu traverser ça, alors nous devrions être capables d’affronter ce qui se présente à nous.

PS : j’ai mis les illustrations de couverture comme j’ai pu, et je n’arrive pas à insérer de liens hypertextes, grr ! Alors voilà ceux des deux éditeurs concernés :
éditions Armada : http://www.editions-armada.com/
Nitchevo Factory (la page de Possession Point) : http://nitchevo.net/pp1