Festival de la nouvelle et du court métrage, Nice Fictions propose bien plus que des auteurs en dédicace. Son programme est riche d’offres variées. On y trouvera des expositions (Gilles Francescano et Hélène Marchetto, pour ne citer que les copains), des séances de contes ou des projections de films pour les jeunes ou les moins jeunes, des conférences sérieuses, des jeux qui le sont peut-être moins (mais rien n’est moins sûr : jeux de plateau, jeux vidéo, murder party, jeux de rôle...), des ateliers ou des matches d’écriture, avec Sylvie Denis et l’association Présences d’Esprits, un concert de metal symphonique (Kerion) et j’en passe.

Et bien sûr des tables rondes, dont deux auxquelles je participerai avec ma double (triple) casquette de nouvelliste, d’anthologiste et de collaboratrice des revues Mythologica et Galaxies1.

Le vendredi 17 à 16 h 30 (Amphi 2) : « La Stratégie du papillon »

Petit état des lieux sur la lecture des nouvelles à l’heure du multisupport.
Intervenants : Sybille Marchetto (modératrice), Jean-Claude Dunyach, Mélanie Fazi, Sylvie Denis et Lucie Chenu.

Aujourd’hui, on peut commencer à lire une fiction dans son salon, sur un livre, la continuer sur son écran de smartphone, dans les transports, et la terminer sur son ordinateur de bureau. Dans la mesure où il n’est plus nécessaire au lecteur de “finir” son histoire avant de démarrer sa journée, quelles nouvelles habitudes de lecture le multisupport apporte-t-il ? Et si nous redécouvrions l’indolence numérique ? Sommes-nous à l’aube d’un âge d’or de la nouvelle ?

Le samedi 18 à 15 h 30 (Amphi 2) « Un Million d’années de féminisme »

Victoires et reculs d’un combat esthétique et politique emmené par les artistes

Intervenants : Éric Picholle (modérateur), Jean-Claude Dunyach, Jean-Luc Gautero, Olivier May, Lucie Chenu, Anne Larue et Sylvie Lainé.

Le combat des hommes et des femmes féministes passe par l’art et cela depuis des années. Jadis d’avant-garde, cette lutte est enfin devenue populaire, investissant tous les champs de la culture. Longtemps considérée comme un patriarcat, la science-fiction s’ouvre aux plumes féminines et féministes. Bienvenue dans un futur où l’actuel système de genre se réinvente. Demain sera-t-elle ?

Le reste du temps, je serai en dédicaces à la librairie, ou à la buvette !

Outre mes compagnons de TR, je ne peux pas ne pas citer, parmi les auteurs présents, Nathalie Dau qui animera des séances de contes et présentera son dernier ouvrage, En revenir aux fées, roman-mosaïque ou recueil de nouvelles reliées les unes aux autres que j’ai eu le bonheur de lire en avant-première et ne peux que vous recommander. Sans oublier Estelle Blanquet, Alain Blondelon, Pierre Pevel, Louise Roullier, Selene Verri… Le mieux est de consulter la liste des invités (hélas, Philippe Ward ne pourra pas être des nôtres).

Et comme je crois m’être un peu emmêlée dans les liens, je vous conseille le programme en ligne, qui est vraiment alléchant (si je ne participais pas à Nice Fictions, j’aurais envie d’y aller pour le plaisir !) Et vous conseille d’explorer le site en long, en large et en travers – je découvre ainsi à l’instant que le vendredi accueillera des scolaires, ainsi que la liste des exposants et des éditeurs présents…

1CoCyclics m’a récemment interviewée en tant qu’anthologiste et ça se lit ici.